Logo INRS
English
  • Accueil
  • » Actualités
  • » Arvin Nickzad est finaliste au concours La preuve par l’image de l’Acfas
Retour aux actualités

La sociomicrobiologie en direct

Arvin Nickzad est finaliste au concours La preuve par l’image de l’Acfas

Version imprimable
9 juin 2015 // par Gisèle Bolduc
rss

 

Le doctorant en biologie Arvin Nickzad est finaliste au concours La preuve par l'image de l’Acfas pour son image intitulée Microdilemme du bien public. Il poursuit ses recherches dans le laboratoire du professeur Eric Déziel au Centre INRS–Institut Armand-Frappier.


Ses travaux portent sur la production des surfactants biologiques et plus particulièrement des rhamnolipides. Ces molécules produites par plusieurs bactéries, dont celles du genre Pseudomonas et Burkholderia, ont la capacité à la fois se dissoudre dans l’eau et dans les lipides, ce qui leur vaut souvent le nom de « savons biologiques ».


Bien que les rhamnolipides jouent plusieurs rôles dans la vie bactérienne, Arvin Nickzad s’intéresse particulièrement à leur rôle indispensable dans le swarming, une forme de motilité utilisée par les bactéries pour se déplacer en groupe sur une surface semi-solide ou visqueuse. Il cherche notamment à déterminer les mécanismes de la régulation des gènes responsables de la biosynthèse de ces molécules. Comment ces mécanismes contribuent-ils au rôle des rhamnolipides dans le swarming et, par conséquent, dans la vie des communautés bactériennes sur une surface? Pour ce faire, il étudie les gènes bactériens impliqués dans la régulation et la production des rhamnolipides. En créant des mutants variés pour chacun des gènes connus pour la production de ces molécules, il peut ainsi noter les différents phénotypes observés.

 

Description de l’image

La plupart des bactéries utilisent un mécanisme de coopération appelé « détection du quorum  ». Quand les signaux chimiques et autres produits sécrétés, les « biens publics », sont suffisamment abondants et concentrés, il y a déclenchement d’une action de groupe. Ici, par exemple, la colonie migre en formant des motifs dendritiques. Chaque couleur est une population distincte. La souche sauvage (rouge) est collaborative et les mutantes (bleues et vertes) sont égoïstes. Ces ingrates évitent le coût associé à la production des biens publics tout en tirant le bénéfice. Comment alors, se demande-t-on en sociomicrobiologie, la coopération peut-elle se maintenir malgré ces individualistes? Dimension de la colonie : environ 23 cm2


Lors du vernissage des images finalistes à la Galerie d'art Léonard-Parent de Rimouski durant le congrès de l'Acfas, Arvin Nickzad a expliqué la nature de ses recherches et comment il a réalisé cette image au journaliste scientifique Charles Tisseyre. Cette entrevue sera diffusée dans le cadre de l’émission Découverte.


Votez pour le prix du public Eurêka! sur le site Internet d'Ici Radio-Canada, avant le 16 août 2015.

 

Crédit photo : Acfas / Gaël Lafenêtre

 

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Comment les virus passent-ils d'une espèce à une autre? ...

Webzine

Une diplômée renforce le système immunitaire des cancéreux grâce à l'immunothérapie adoptive ...

Webzine

Un diplômé travaille aux IRSC à promouvoir la recherche scientifique ...

Webzine

Papier plus écologique et biocarburant fabriqués à partir du bois mort ...

Webzine

Le placenta produit de la mélatonine qui protègerait les femmes enceintes contre la prééclampsie ...