• Accueil
  • » Actualités
  • » Trois chercheurs de l’INRS animent des ateliers scientifiques en Colombie
Retour aux actualités

Jeunes scientifiques en herbe

Trois chercheurs de l’INRS animent des ateliers scientifiques en Colombie

Version imprimable
30 juillet 2019 // par Evelyne Dufresne
rss
Andrés Rueda, diplômé d’un doctorat en biologie, la doctorante Carolina Perusquía Hernández, ainsi que Myriam Létourneau, assistante de recherche du professeur Nicolas Doucet, ont animé des ateliers éducatifs lors de la 5e édition des Clubs Scientifiques de Colombie. L’événement a eu lieu du 7 au 13 juillet dernier à l’Université industrielle de Santander à Bucaramanga. 
 
 
Les trois chercheurs ont été sélectionnés pour mettre sur pied et animer un club scientifique. Leurs ateliers, basés sur l’expérience pratique, permettent aux jeunes colombiens d’aborder la science de manière ludique afin d’éveiller leur intérêt pour ce domaine et les inciter à y diriger leur carrière.
 
Le Clubes de Ciencia Colombia est une initiative de Science Clubs International (SCI) qui regroupe 250 clubs dans 7 pays d’Amérique latine. Cette organisation à but non lucratif invite les chercheurs à travers le monde à animer des ateliers scientifiques en équipe avec les professeurs de l’université hôte. Ce programme s’apparente à l’initiative de l’INRS des Apprentis en biosciences qui offre la possibilité aux jeunes Canadiens de vivre une immersion en milieu scientifique. 
 
Lui-même originaire de Bucaramanga, Andrés Rueda a souhaité servir d’exemple aux jeunes. « C’est un regard sur mon passé. J’aimerais leur communiquer que si je peux le faire, ils le peuvent eux aussi », dit-il. M. Rueda vient d’obtenir son doctorat en biologie en cotutelle entre l’INRS et l’Université Nationale de Colombie à Bogota (UNAL). Enrichi de sa première expérience en 2017, il a fortement encouragé ses collègues à s’impliquer avec lui lors de cette nouvelle édition. 
 
 
Des ateliers ludiques 
La vingtaine de jeunes qui ont suivi l’atelier d’Andrés Rueda se sont familiarisés avec la structure tridimensionnelle des protéines, plus spécifiquement celles des enzymes. C’est grâce à des activités originales d’origami qu’il a illustré toute la complexité de ces molécules. En utilisant le pigment du papier et différentes techniques de pliage, il a expliqué que les protéines sont formées de chaînes d’acides aminés et que leur arrangement peut influencer leurs activités.
 
Le club scientifique de Carolina Perusquía Hernández avait pour thème l’énergie solaire. En étudiant le phénomène de la photosynthèse, elle a démontré que les cellules photovoltaïques utilisent le même principe que les pigments des feuilles. Les jeunes scientifiques ont appris comment les molécules se comportent lors de la transformation de l’énergie solaire en énergie chimique. Mme Hernández s’est émerveillée de voir ces étudiants découvrir les apprentissages et les innovations que peut leur enseigner la nature.
 
Myriam Létourneau s’est penchée sur l’étude du système immunitaire, des microorganismes et de la résistance aux antibiotiques. Les jeunes ont effectué l’échantillonnage de différents emplacements sur le campus afin d’identifier diverses espèces de microorganismes et d’établir un lien avec la salubrité des lieux. Les étudiants ont ensuite testé la résistance de leur culture face à divers antibiotiques dans le but d’apprendre que leur action est spécifique à un organisme en particulier. 
 
 
Une expérience mémorable
À la toute fin, les jeunes ont été invités à partager au public leurs nouvelles connaissances à l’occasion d’une exposcience. « Les voir expliquer avec un énorme sourire ce qu’ils ont appris et comment ils ont eu du plaisir est mémorable », confie Mme Hernández, émue de pouvoir témoigner de leur évolution au cours de la semaine. « Le plus bel aspect de la science est d’aider les gens », estime-t-elle. M. Rueda a également été touché de revoir des jeunes à qui il a enseigné en 2017, qui lui ont témoigné beaucoup de gratitude. Un jeune s’est par ailleurs confié à Mme Létourneau: « Je suis vraiment content. Mon rêve depuis toujours est de devenir médecin. Avec la semaine que j’ai passée, je suis encore plus déterminé à étudier en médecine ». « C’est très valorisant », ajoute Mme Létourneau.
 
Le travail des chercheurs de l’INRS se prolongera au-delà de ce séjour mémorable en Colombie. Ils ont accepté de poursuivre leur rôle de mentor auprès de certains jeunes avec qui ils ont gardé contact. ♦

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Comment les virus passent-ils d'une espèce à une autre? ...

Webzine

Une diplômée renforce le système immunitaire des cancéreux grâce à l'immunothérapie adoptive ...

Webzine

Un diplômé travaille aux IRSC à promouvoir la recherche scientifique ...

Webzine

Papier plus écologique et biocarburant fabriqués à partir du bois mort ...

Webzine

Le placenta produit de la mélatonine qui protègerait les femmes enceintes contre la prééclampsie ...