Logo INRS
English
  • Accueil
  • » Actualités
  • » Une nouvelle protéine associée à la dissémination du cancer
Retour aux actualités

Importante découverte au Centre INRS-Institut Armand-Frappier

Une nouvelle protéine associée à la dissémination du cancer

Version imprimable
9 janvier 2008 // par Gisèle Bolduc
rss


L’équipe du professeur-chercheur Yves St-Pierre de l’INRS-Institut Armand Frappier  vient de franchir un pas décisif dans la compréhension des processus de prolifération des cellules cancéreuses dans l’organisme. La formation de tumeurs secondaires, les métastases, constitue actuellement la principale cause de décès reliés aux cancers. Dans une étude publiée dans la prestigieuse revue Cancer Research,  Yves St-Pierre et son équipe mettent en évidence le rôle crucial d’une protéine, la galectine-7, dans la formation de ces métastases.

 

Grâce à des expériences sur des souris atteintes d’un lymphome, soit un cancer des ganglions lymphatiques, les chercheurs ont pu démontrer que plus une tumeur possède de galectine-7, plus elle prolifère et se répand. En fait, la galectine-7 peut conférer à elle seule la capacité à une cellule faiblement cancéreuse à se disséminer pour former des tumeurs secondaires, et ce, même chez des souris qui sont normalement résistantes au développement de cancers du sang.

 

Yves St-Pierre et son équipe ont découvert que le gène associé à la galectine-7 agit en favorisant la sécrétion de la MMP-9, une enzyme reconnue pour faciliter la migration des cellules cancéreuses à travers les parois des vaisseaux sanguins ainsi que leur croissance. La galectine-7 induit directement la sécrétion de l’enzyme en se liant à des récepteurs situés à la surface de la cellule cancéreuse.

 

La galectine-7 constitue une nouvelle cible thérapeutique pour la mise au point de médicaments. « En bloquant l’expression du gène de la galactine-7, on pourrait empêcher la dissémination des cellules cancéreuses dans les différents tissus du corps humain et stopper ainsi la progression de la maladie », explique Yves St-Pierre. De plus, contrairement à la plupart des autres gènes associés aux cancers, la galectine-7 est habituellement très peu exprimée chez les adultes. Par conséquent, un médicament qui inhiberait la production de cette protéine présenterait certainement peu d’effets secondaires.

 

La galectine-7 pourrait aussi jouer un rôle important comme marqueur des cellules cancéreuses, pour faciliter le diagnostic et le suivi des cancers hématologiques.

 

En 2005, près de 70 000 Canadiens mourront d’un cancer, selon la Société canadienne du cancer. Le centre INRS-Institut Armand-Frappier, une composante de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), contribue aux efforts québécois de recherche, de formation et de transfert technologique dans le domaine de la santé humaine, animale et environnementale. Le centre regroupe une cinquantaine de professeurs-chercheurs. Il est installé au cœur de la Cité de la biotechnologie et de la santé humaine du Montréal métropolitain, dont l'INRS est un promoteur. ♦

 

1 A novel function for galectin-7: promoting tumorigenesis by up-regulating MMP-9 gene expression, Mélanie Demers, Thierry Magnaldo and Yves St-Pierre, Cancer Research 2005; 65: (12), 15 juin 2005.

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Comment les virus passent-ils d'une espèce à une autre? ...

Webzine

Une diplômée renforce le système immunitaire des cancéreux grâce à l'immunothérapie adoptive ...

Webzine

Un diplômé travaille aux IRSC à promouvoir la recherche scientifique ...

Webzine

Papier plus écologique et biocarburant fabriqués à partir du bois mort ...

Webzine

Le placenta produit de la mélatonine qui protègerait les femmes enceintes contre la prééclampsie ...