Logo INRS
English
INRS
  • INRS
  • Eau Terre Environnement
  • Énergie Matériaux Télécommunications
  • INRS – Institut Armand-Frappier
  • Urbanisation Culture Société
Version imprimable

Charles Ramassamy

Toxines et antioxydants, Alzheimer

Intérêts de recherche

Notre laboratoire travaille depuis plusieurs années sur les effets des radicaux libres et du stress oxydatif sur les fonctions cérébrales lors du vieillissement et dans certaines maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson. L’accumulation des radicaux libres et du stress oxydatif peut être néfaste et induire la mort cellulaire. Cependant, les radicaux librespeuvent également être des médiateurs intracellulaires importants notamment en régulant l’expression de gènes de défense et de survie cellulaire. Notre équipe vise à mieux connaitre les mécanismes qui sont impliqués dans l’équilibre entre les radicaux libres, le stress oxydatif et les systèmes antioxydants au niveau cérébral. Ainsi, nous estimons qu’une meilleure connaissance du mode d’action des mécanismes d’oxydation à l'échelle cellulaire et moléculaire constitue un élément essentiel à la compréhension des pathologies neurodégénératives liées au vieillissement.

 

Les radicaux libres induisent l’oxydation des macromolécules cellulaires comme les protéines, les lipides et les acides nucléiques. Ces réactions génèrent plusieurs sous-produits pouvant induire des réactions multiples dans la cellule. Dans la maladie d’Alzheimer, ces sous-produits d’oxydation sont détectés très tôt dans les régions vulnérables du cerveau, bien que leurs effets n’y soient pas encore bien connus. Un des objectifs de notre laboratoire est d’étudier les réactions intracellulaires induites par des produits dérivés de l’oxydation et leurs contributions dans la physiopathologie de la maladie d’Alzheimer.

 

Le stress oxydatif peut provenir d’un déséquilibre de certains mécanismes intracellulaires, mais peut aussi être généré par des composés présents dans l’environnement comme des pesticides. Un autre de nos objectifs est d’analyser les effets néfastes de ces composés environnementaux sur la neurodégénérescence telle qu’observée dans la maladie de Parkinson.  

 

En parallèle, notre laboratoire explore le potentiel neuroprotecteur des composés comme des polyphénols présents dans l’alimentation et dans certains extraits naturels. En plus de leur activité antioxydante, les polyphénols peuvent exercer de multiples effets à travers plusieurs cibles cellulaires possiblement impliqués dans la neuroprotection. Notre objectif est d’identifier les polyphénols d’intérêt et de mieux connaître les mécanismes qui sont régulés par ces molécules au niveau cérébral. Ces connaissances seront appliquées dans la prévention et le traitement de certaines maladies neurodégénératives .

 

Avec le vieillissement de la population, le traitement des maladies neurodégénératives liées au vieillissement représente un défi et une voie active de recherche. En utilisant une approche interdisciplinaire, notre équipe travaille sur le développement de nouveaux outils nanoneuropharmacologiques en se basant sur des nanoparticules polymériques biocompatibles et biodégradables. A long terme, ces outils permettront le diagnostic, la prévention et le traitement des maladies neurodégénératives en augmentant  la disponibilité et l’efficacité des composés pharmacologiques dans le cerveau. 

Actualités

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Biomarqueurs et nanoparticules pour s'attaquer précocement à la maladie d'Alzheimer ...

Flickr

_N3A4032

_N3A4032

_N3A4220

_N3A4220

_N3A4188

_N3A4188

_N3A4183

_N3A4183

_N3A4173

_N3A4173

_N3A4169

_N3A4169

_N3A4166

_N3A4166

_N3A4164

_N3A4164

_N3A4152

_N3A4152