Logo INRS
English
Retour aux actualités

Pour lutter contre les maladies neurodégénératives

Un nouveau laboratoire international associé prend forme

Version imprimable
6 décembre 2006 // par Stéphanie Bernard
rss

Québec, le 6 décembre 2006. – L’INRS est fier d’annoncer la création d’un nouveau laboratoire international associé Inserm, le laboratoire Samuel de Champlain, dédié à la recherche sur la pharmacologie des peptides ayant des propriétés neuroprotectrices. Le directeur général de l’INRS, M. Pierre Lapointe, le président de l’Université de Rouen, M. Jean-Luc Nahel, et le directeur général de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), M. Christian Brechot, ont procédé à Rouen, le lundi 27 novembre 2006, à la signature de cet accord de coopération.

 

Implanté au centre INRS–Institut Armand-Frappier, dans le laboratoire d’études moléculaires et pharmacologiques des peptides du professeur-chercheur Alain Fournier, ainsi qu’à l’Université de Rouen, dans le laboratoire de neuroendocrinologie cellulaire et moléculaire (Unité Inserm U413) dirigé par le Dr Hubert Vaudry, le nouveau laboratoire Samuel de Champlain est le fruit de plus de 15 années de coopération entre ces équipes de recherche de la France et du Québec. Il joint ainsi sept autres laboratoires internationaux, situés à Bruxelles, à Prague, à Rio de Janeiro, à Shanghai, à Tokyo, à Nankin et à Dundee, et devient le premier laboratoire de ce type en Amérique du Nord.

 

« En plus de favoriser la présence de l’INRS à l’international, ce partenariat permettra de renforcer les liens scientifiques et pédagogiques entre les deux équipes de recherche associées au projet », soutient le directeur général de l’INRS, M. Pierre Lapointe. Le nouveau laboratoire entend ainsi accroître le transfert des connaissances par le partage d’infrastructures technologiques et d’étudiants ainsi que par le développement d’un programme de recherche conjoint.

 

« La grande complémentarité des équipes de recherche permettra d’accroître les connaissances sur les activités neuroprotectrices de certains peptides et d’élaborer de nouvelles approches thérapeutiques pour combattre les maladies neurodégénératives », souligne quant à lui le professeur-chercheur Alain Fournier, également directeur par intérim du centre INRS–Institut Armand-Frappier. Les effets neuroprotecteurs d’un peptide, le PACAP, font présentement l’objet d’études approfondies puisqu’il pourrait notamment permettre de lutter contre les effets néfastes de l’alcool sur le développement du système nerveux des fœtus et d’améliorer la qualité de vie des personnes ayant été victimes d’un accident vasculaire cérébral.

 

Pour en connaître davantage sur les institutions associées : http://www.inserm.fr/index.php

 

Source :

Stéphanie Bernard

Service des communications

Institut national de la recherche scientifique (INRS)

Tél. : (418) 654-3775

stephanie.bernard@adm.inrs.ca

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Une diplômée renforce le système immunitaire des cancéreux grâce à l'immunothérapie adoptive ...

Webzine

Un diplômé travaille aux IRSC à promouvoir la recherche scientifique ...

Webzine

Papier plus écologique et biocarburant fabriqués à partir du bois mort ...

Webzine

Le placenta produit de la mélatonine qui protègerait les femmes enceintes contre la prééclampsie ...

Webzine

Régulariser la réponse du système immunitaire chez les grands brûlés ...