Logo INRS
English

By communications - Posted on 29 juin 2016

La science au service des blessés :
l'effort de guerre d'Armand Frappier 

Version imprimable

Le gouvernement du Québec et l'Université de Montréal

<< Retour à l'accueil  /  Version anglophone

 

 
L’Université de Montréal et le gouvernement du Québec ont eu une influence déterminante pour l’Institut de microbiologie et d’hygiène de l’Université de Montréal. Les origines de l’Institut se situent dans le Département de bactériologie de la Faculté de médecine de l’Université que dirigeait le Dr Armand Frappier depuis 1933. C’est là que la future équipe de l’Institut s’est constituée et que s’est précisée l’idée de fonder un organisme spécialisé en microbiologie, en médecine préventive et en hygiène publique. 
 

Le Québec avait besoin de laboratoires modernes, de former des experts dans ces domaines et de produire ses vaccins au lieu de les acheter à l’étranger ou à l’Ontario, dans les renommés Laboratoires Connaught de Toronto. En se basant sur le modèle de l’Institut Pasteur de Paris, le Dr Frappier veut moderniser la recherche scientifique au Québec et la rendre autonome en s’autofinançant par la vente des produits qu’elle a préparés.
 
En 1937, le premier ministre du Québec Maurice Duplessis et le ministre de la Santé, J. A. Paquette, sensibles au projet du Dr Frappier, octroient un montant de départ pour élaborer le futur Institut et promettent de les aider à se développer, ce qu’ils ne cesseront de faire au cours des ans. 
 
En avril 1938, l’Institut de microbiologie et d’hygiène de Montréal est né, une corporation sans but lucratif et sans capital-actions. L’Université de Montréal est le lieu tout désigné pour y installer ces nouveaux laboratoires. Après deux ans de pourparlers, l’Université accepte de louer des espaces dans ses futurs immeubles sur le Mont-Royal. Grâce aux apports financiers de l’Université de Montréal et du gouvernement du Québec, l’Institut de microbiologie s’installe dans l’aile H en mai 1941. En 1942, une loi spéciale affilie l'Institut à l’Université. Il devient l’Institut de microbiologie et d’hygiène de l’Université de Montréal.