Logo INRS
English

By communications - Posted on 30 juin 2016

Version imprimable

<<  Retour à l'accueil  /  Version anglophone

Le Service de dessiccation du sérum humain de l’Institut de microbiologie et d'hygiène

 
Le Service de dessiccation, supervisé par le Dr Frappier et Jean Tassé, intervient en tant que service de séparation du sérum pour les laboratoires Connaught de l'Université de Toronto. À force de perfectionnement et d’observation des diverses méthodes utilisées dans les laboratoires américains et aux laboratoires Connaught, l’équipe du Dr Frappier procède, à partir de mars 1944, au traitement complet du sang recueilli par la Croix-Rouge canadienne jusqu’à la production de sérum desséché. La première dessiccation du sérum humain réalisée à Montréal a lieu le 29 mars 1944. 
 
Les experts de l’Institut de microbiologie vont standardiser les méthodes de préparation du sérum et vont œuvrer, jour et nuit, aux côtés des bénévoles de la Croix-Rouge canadienne pour augmenter leur production. Grâce à eux, le Service de dessiccation va expédier plus de 2000 caisses contenant des dizaines de milliers de bouteilles de sérum desséché. Des donneurs de sang ont participé massivement au programme national de don de sang. Grâce à leur générosité, plus de deux millions de dons de sang ont été récoltés pendant la guerre dans tout le Canada. Leur geste héroïque a permis de produire des centaines de milliers de bouteilles de sérum desséché qui ont sauvé la vie à des milliers de soldats canadiens et alliés. 
 
À la fin de la guerre, les autorités fédérales font don de tous les équipements et appareillages du Service de dessiccation à l’Institut de microbiologie. L’ancien service dédié à l’effort de guerre va s’orienter vers le fractionnement du sérum, dont les protéines comme la gammaglobuline, participent à la prévention de certaines maladies comme la poliomyélite ou la rougeole. Il participe à la prévention de certaines maladies comme la poliomyélite ou la rougeole. Il va également être utilisé pour lyophiliser des vaccins et des antibiotiques, comme la pénicilline, pour des firmes pharmaceutiques.
 
 

Étapes pour la préparation du sérum humain desséché

 
Sous la supervision de Jean Tassé, le Service de dessiccation de sérum normal humain de l’Institut de microbiologie regroupait plusieurs secteurs d’activité, chacun représentant une étape dans la préparation du sérum desséché. Le processus débute par des étapes préliminaires relatives à la collecte du sang avec les bénévoles de la Société de la Croix-Rouge canadienne : préparation stérile du matériel qui allait être utilisé lors des prélèvements sanguins (bouteilles en verre), expédition dans les diverses cliniques de la Croix-Rouge et retour du sang embouteillé à l’Institut de microbiologie.
 
Après coagulation, le sang des donneurs est centrifugé pour que le sérum se sépare du plasma (partie liquide du sang) et des cellules sanguines (globules blancs, globules rouges et plaquettes). Le sérum de plusieurs donneurs est mélangé et des tests permettent de vérifier la stérilité.
 
Dans l’étape suivante, le même sérum est filtré, purifié et détoxifié pour enlever les éventuelles bactéries restantes. De nouveau, d’autres tests de stérilité sont effectués. Alors seulement, le sérum entre dans la phase qui le transforme dans sa forme finale déshydratée. Celle-ci commence par la mise en bouteille du sérum et la vérification de la stérilité. Ces bouteilles, qui seraient employées lors de la transfusion pour les blessés, sont ensuite congelées à basse température (- 40 °C). À cette étape, le sérum congelé pouvait être entreposé pour une utilisation ultérieure ou pouvait être desséché par lyophilisation. D’autres tests de stérilité et de toxicité sont réalisés sur le sérum sec avant d’étiqueter et d’empaqueter les bouteilles de sérum desséché dans des boîtes en bois avec des nécessaires à transfusion. En parallèle, d’autres boîtes contenant des bouteilles d’eau stérilisée servant à reconstituer le sérum qui sera administré aux blessés par transfusion sont préparées. Le sérum normal humain desséché est fin prêt à être expédié aux forces alliées sur les champs de bataille.